LAISNÉ AU XIV - XV ème siècle

I Clément LAISNÉ - LAISNé à Arques devenu LASNE à Neufchâtel en Bray -, né vers 1380, Procureur en 1412 de Jehan GERME, vicomte d'Arques et de Neufchâtel en Bray (Dom Lenoir 104 mi 16), puis, après l'invasion des anglais, exerce en 1436 au Neufchastel (Dom Lenoir 104 mi 17), la charge d'Avocat (1) et de Conseiller de Catherine de FRANCE, Reine d'ANGLETERRE (2) pour son douaire de Neufchâtel en Bray.
(1) Probablement avait-il fait des études de Droit, soit à Paris, Orléans ou bien Angers (dans cette dernière université, j'y ai relevé quelques étudiants portant ce nom).
(2) fille de Charles VI, roi de FRANCE et d'Isabeau de BAVIERE, elle était alors veuve de Henry V roi d'ANGLETERRE mort en 1422. Son fils Henri VI, ayant 15 ans en 1436, le Royaume d'Angleterre est alors sous la régence du duc de BEDFORD.

II Jehan LASNE (alias LAISNé), né vers 1410, écuyer, Lieutenant et Commis en la vicomté de Neufchâtel en Bray et ressort de monseigneur le bailli de Caux. Officier Royal, il représente le Roy. Son rôle: celui de tenir les assises pour rendre la justice. Dans le cas de condamnation à mort, il fait exécuter les condamnés. Il reçoit aussi l'hommage et la foi des seigneurs des différentes sergenteries dépendant de la vicomté de Neufchastel. Il a aussi un rôle militaire, se faisant présenter les montres des gens d'armes de cette châtellenie. En 1458, il est le seigneur d'un 8 ème de fief nommé Bracquemont assis en la paroisse de Saint Saire. En 1458 toujours, un autre Lieutenant du bailli de Caux, Jehan LE SAUNIER, lui donne à ferme pour une durée d'un an la seigneurie de Compainville (1/2 fief de haubert) appartenant à Guillaume de BRACQUEMONT (Dom Lenoir 104 mi 9).
Je pense personnellement qu'il descendait de la famille de BRACQUEMONT, et apparenté à Guillaume de BRACQUEMONT, chevalier, seigneur de Compainville (lui même fils de Olivier de BRACQUEMONT et Isabelle de CHANTEPIE).

Sources: DUPONT FERRIER; la GALLIA REGIA / Amédée HELLOT; Essai sur les baillis de Caux / Les Cahiers de Dom Lenoir; Histoire de la Normandie (76 volumes) / voir aussi aux ADSM, PHILIPPEAUX; Neufchâtel dans son rôle militaire "collection Albert DUBUS"

Collection Albert DUBUS; Revue des gens d'armes et de trait de la Cappitainerie du Neufchastel de Nycourt (datation fausse (an mil IIIIc XVII), mais probablement 1447-1448)

Monstres des gens d'armes de de trait de la retenue de noble homme Emond MULSO, escuier, à lui ordonnées à cause de sa cappitainerie du Neufchastel de Nycourt, tant pour la seuretté et sauvegarde d'icellui lieu de Neufchastel, que pour servir le Roy nostre sire sur les champs; prinses et receues illeuc le quinzième jour de février l'an mil IIIIc XVII (?), par nous, Jehan LASNE, lieutenant au Neufchastel de monseigneur le bailly de Caux, Robert de LA MARE, viconte audit lieu, et Henry TYEWSELLAY, contrerolleur de la garnison d'icellui lieu à ce commis; lesdites monstres servans pour ung cartier d'an commencant le XXIX è jour de décembre dudit an, et finé le XXIX è jour de mars enssuivant . Lesquels gens d'armes et de trait les noms et surnoms s'ensuivent:

Et premièrement,

Lances à cheval

Dany FARINDON, escuier, lieutenant
Renier NEWPORT
Jehan NEWTON
Thomas LINCHONS
Richart NEWPORT
Henri DEAN
Robert FAUCONNIER
Jehan PONER
Thomas SEREMYTH
Willaume CHENY

Gieffray HELLOUARD
Michel HAINNARD
Fuillaume DALTON
Guillaume BOUTEILLER
Jehan WALQUER
Michel BRANCHER
Jacques DELAUNAY
Thomas LICHE
Jehannin JOURNé
Lorens COUQ
Somme: XX lances à cheval

Lances à pié

Henry TYEWSELLAY, contrerolleur
Jehan LESAUNIER

Willaume PAINTRE
Lorens BROUIN
Jehannin GOUDEMAN

Jehan LECAT
Perquin DOUXZEBERY
Jehan DUREMORT
Jennequin LICHEBOND
Jehan LIEMPE
Somme: X lances à pié

Archiers

Jehan TROMPETTE
Philippe DECAILIY
Robert YOESSALE
Jehan PHELIX
Phelix BONEUR
Willaume CASSEBY
Thomas NOURS
Richart NERT
Henry CONDOR
Willaumin OFEWESTON

Willaumin THOMETON
Jehan CLAYDON
Edouard CARFILLE
Jehan WITEMAN
Jehan ROSE
Jehan LYCHE
Robin RAOULLIN
Jehan RORICH
Pierres RICHART
Gilles BAUDOOYN

Thomas LAMBERT
Toussins de VILLIERS
Jehan OFCARSOWALD
Guillaumin DELESTABLE
Jean DANY
Willaumin LENBREBY
Thomas OFYRLAND
Charlot DUBUS
Willaumin COQUEHOURD
Perrin GREFFIER

Thomas MARCHANT, Colin VASSE, archiers au contrerolleur
Somme: 32 archiers

N° 47409: Aveu et dénombrement du 8 avril 1458 (DOM LENOIR VOL. PAGE ) concernant la seigneurie de Beaussault
Aveu et dénombrement fourni le 8 avril 1458 après Pâques par Jehan de ROYE Ecuier seigneur de Beaussault, de Brethueil et de Muret portant qu'il tient du Roi à une foi et hommage lige un fief de haubert entier noble de plaines armes nommé le fief de Beaussault assis en la vicomté de Neufchastel en la chatellenie de Gaillefontaines dont le chef est assis audit lieu et paroisse de Beaussault et s'étend és paroisses de Compteville, Saint Moris, Hodenc, Le Thil en Bray, Beaubec la ville, Saint Saire, Buchy, Riberpré, Mathonville, Sigy et és parties d'environ; item qu'à cause dudit fief tiennent de lui noblement, Colart de BETHENCOURT, Ecuier un demi fief noble séant à Compteville; 2ème le dit de BETHENCOURT un quart de fief noble séant à Saint Moris; 3ème les hoirs ou ayant cause de Feu Guille BUSQUET un demi fief noble séant au Thil en Bray; 4ème Guille de RICARVILLE sgr de Gaillonnel un quart de fief noble séant audit lieu de Saint Moris; 5ème Guille du QUESNOY un quart de fief noble assis à Riberpré: 6ème Jean YART un quart de fief noble séant à Beaubec la Ville; 7ème Mathieu BAUDRIBOSC un quart de fief séant à Hodenc; 8ème les hoirs ou ayant cause de feu Jehan du BOSC le Borgne une vavassorie séant à Sigy; 9ème Guille BOURSE un huitème de fief noble séant audit lieu de Hodenc; 10 ème Colart de BETHENCOURT dessus nommé un huitième de fief sant à Compteville; 11ème les hoirs ou ayant cause de Jean de SAILLY un huitième de fief noble séant audit lieu de Compteville; 12ème iceux hoirs de SAILLY un huitième de fief noble séant audit lieu de Compteville; 13ème Robert LERMITE un huitième de fief séant audit Compteville; 14 ème le dit de SAILLI un autre huitième de fief sant à Trespié; 15 ème la Dame de LAVAL un huitième de fief séant à Buchy; Jean LASNE un huitième de fief séant à Saint Saire; 17ème les hoirs ou ayant cause de feu Colin de MATHONVILLE un huitième de fief séant à Mathonville des quels fiefs ils lui doivent par chacun an les tailles nommés les tailles des francs fiefs à louenemant (?) des dits fiefs ou portions de fiefs au terme St Jean Baptiste avec les reliefs aides treizièmes; item qu'il doit au Roi à cause son dit fief noble de haubert cent sols parisis de taille par chacun an audit terme avec le

III Messire Thomas LASNE, curé de Saint Saire en 1478 (Dom Lenoir 104 mi 11 et cité dans l'ouvrage de DECORDE), probablement + avant 1504. Il avoue tenir, à Beaussault le 13 septembre 1499 devant le vicomte de Neufchastel, 1/8 fief assis à Saint Saire (Bracquemont), fief dans la mouvance de Noble Homme Antoine de ROYE, chevalier, sgr de Beaussault.
En 1504, d'après BEAUCOUSIN dans son "Registre des fiefs et arrières fiefs du pays de Caux", Antoine de BOULLAINVILLIERS tient le fief Bracquemont.

Information N° 20179 (Neufchatel en 1499) concernant la garde noble d'Antoine de ROYE fils de Jehan de ROYE et Marguerite du BOIS (Référence DOM LENOIR; Volume......page ).
Information faite à Beaussault le 13 septembre 1499 par Roger de LA MOTE Ecuier vicomte du Neufchastel, présents et appelés à Maître Guille du VAL subrogé et Laurent RABASSE substitut des avocat et procureur du Roy en bailliage de Caux fait savoir que depuis l'adjudication faite par le prix et somme de 32 livres tournois à noble Dame Dame Marguerite du BOIS veuve de déffunt noble et puissant sgr Monseigneur Jehan de ROYE en son vivant chevalier Sgr de Beaussault de la garde noble de noble homme Anthoine de ROYE Ecuier fils dudit déffunt chevalier et de la Dame, il n'est eschu aucune vue de garde, et si icelle Dame s'est remariée puis nagueres en secondes nopces. Les témoins sont Jehan BOURSE, Ecuier, sgr de Hodenc demeurantr audit lieu, et plusieurs habitants des paroisses de Beaussault, St Eustace de Néelle et Hodenc en Bray: Tous lesquels déposent qu'ils n'ont point de connoissance que le dit sous agé ait autres héritages en Normandie que la terre et seigneurie de Beaussault qui est un plein fief de haubert tenu nuement de la chastellenie de Gaillefontaines dont jouit à présent haute et puissante Dame Madame la comtesse de DUNOIS comme ayant la garde de Messeigneurs ses enfants sous agés; item qu'en la dite seigneurie de Beaussault à certaine quantité de bois dont les hommes et tenans ont accoustumé de prendre par chaque an dix perches pour chacune masure, dont les uns paient pour d'icelles masures 4 mines d'avoine, d'autres 2 mines et demie, et d'autres 2 mines; item qu'en icelle seigneurie a un moulin à bled, un moulin à huille, un moulin à ten (?) et un moulin à draps; item 2 viviers, garenne de bois et de hérons, droit de message, moultes vertes et seques, et four à ban; item que d'icelle seigneurie de Beaussaut sont tenus et mouvant plusieurs fiefs nobles, savoir par Jehan LE CARPENTIER dit le caron Ecuier à cause de sa femme un quart de fief noble assis en la paroisse de Hodenc par 25 sols parisis de franchetaille; item par Charles de BOULLAINVILLER Ecuier un quart de fief assis à Saint Moris nommé le fief de Gaillonnel par 25 sols Parisis de franchetaille, item par Messire Jehan RASSET chevalier Sgr de Normanville un quart de fief noble assis à Riberpré par 25 sols parisis; item par Guille YART fils de deffunt Jehan YART en son vivant demeurant à Beaubec un quart de fief assis audit lieu de Beaubec par 25 sols parisis, pour le tenement du quel fief procés est pendant és assises de Gaillefontaines entre le dit Sgr de Beaussault d'une part et le Sgr dudit lieu de Beaubec la ville; item par le susdit Jehan BOURSE Ecuier une portion de fief assis audit lieu de Hodenc par 12 sols 6 deniers parisis de franche taille; item par les hoirs Guille LOMBART (en marge: Gilles selon un des témoins) deux huitièmes de fief assis au Campduault et Conteville l'un nommé le fief du Mons et l'autre le fief du Quesne par 25 sols parisis, les quels fiefs sont en la main dudit seigneur de Beaussault par déffaut d'hommage; item par Monseigneur le Comte de VENDÔME un huitième de fief par 12 sols parisis; item par Robert LE CONTE Ecuier une portion de fief assis à Merval (en marge: un seul témoins s'exprime de cette façon; plusieurs autres disons: par Robert LERMITE Ecuier une portion de fief assis à Merval qui fut à Messire Jehan LE CONTE, par 25 sols parisis de franche taille) qui fut François LE CAT par 25 sols parisis; item par les hoirs Monseigneur Regnault de SAINT MORIS une vavassorie assise à Sigy par 10 sols Parisis ou unes bottines feutrées dont procés est pendent ès assises de Gournay pour le droit de teneure entre le dit sgr de Beaussault d'une part et le seigneur du Bosc le Borgne d'autre item par Messire Thomas LASNE un huitième de fief assis à Saint Saire qui fut Braquemont par 12 sols 6 deniers Parisis; item par Jehan LE PREVOST Ecuier un fief assis à Mathonville qui fut à Maistre Jehan de GROUCHY par 16 sols parisis; item par Jacques de BETHENCOURT Ecuier demi fiefs et 2 quarts de fiefs, le dit demi fief nommé le fief de Béthencourt tenu d'icelle seigneurie par 50 sols parisis de franchetaille, un quart assis à St Moris par 25 sols parisis de franche taille, et l'autre quart assis au Til en Bray nommé le fief de Quenel par 10 sols parisis de franche taille; item par le dit de BETHENCOURT un huitième de fief nommé le fief de Quesnoy assis en la paroisse de Gaillefontaines par 12 sols parisis de franche taille, et un 8ème de fief en hamel de Trépie nommé le fief de la Pigoise lequel s'étend ès pâroisses dudit Beaussault et Saint Moris et dont il doit par chacun an 12 sols 6 deniers parisis de franche taille..............*****

NOTA : 2 éléments me démontrent que cettte famille LASNE (ou LAISNÉ) est noble.
Le fait que cette famille n'ait pas été anoblie par les francs fiefs en 1470.
La tenue d'un fief noble plus de 40 années, les dates limites sont au mieux: 1458 et 1499. On ne pouvait, roturier, détenir un fief noble plus de 40 années.

Ce qui va dans le sens d'une
tradition orale, transmise de père en fils. Cette tradition rapporte aussi que nous aurions été issue autrefois de la famille de Roncherolles (avec tenue de cette seigneurie) - ce que je ne crois pas - Depuis toujours, notre branche - en existe-t-il d'autres ? - ajoute à son nom (fictivement) celui de Roncherolles.
L'intérêt est aujourd'hui de savoir l'origine de cette légende (légende qui m'a permis en outre de rechercher mes racines directement dans cette paroisse).
Que peut-il se cacher derrière une tradition orale ?
Peut-être convient-il de s'intéresser davantage à la terre de Forgettes.

NOTE SUR MARIE LASNE

Aveu et dénombrement du 15 septembre 1461 concernant la seigneurie de Bennetot
Aveu et dénombrement fourni le 15 septembre 1461, par Jehan abbé de la Ste Trinité de Fécamp et par tout le couvent dudit lieu, portant qu'ils tiennent du Roi nuement et sans moyen par une seule feauté à cause de son Duché de Normandie, premierement la Baronie de Fecamp assise au bailliage de Caux et vicomtés de Caudebec et de Monstiervillier qui s'étend ès dix paroisses dudit lieu de fecamp et ès paroisses de Tourville sur Fescamp, de Toussaints, de Contremoulins, de Espreville, de Sauchesemare, de Estretat, de Harefleu, de Monstiervillier; de Limpiville, de Daubeuf le sec, du Bec de Mortaigne, de Bernetot, de Hastenville, de tremoille aux allouyaulx, de Sortequeville, de Riville, de Buyville, de Tyestreville, de Toqueville, de Vatetot sur Beaumont, de la trinité du Mont, de Escruteville (?), de troudeville, de Bolleville, de Ypreville, de Aumonville**********

Un aveu et dénombrement du 23 août 1497 (Dom Lenoir 104 mi 44), nous apprend que Marie LASNE, dame de Bennetot (plein fief de haubert en la vicomté de Montivilliers), ayant épousé Messire Colart de QUENONVILLE (alias CANOUVILLE) chevalier, avait apporté à son mari le fief, terre et seigneurie de Bennetot (qui appartenait à Michel de BRACQUEMONT et plus anciennement à Bethis de GRAINVILLE.
En 1497, leur fils, Jacques de QUENONVILLE , Ecuier fils aîné et héritier de déffunt Messire Colart de QUENONVILLE dit de MALLEVILLE, chevalier, avoue tenir au droit de sa mère Marie LASNE, le fief et seigneurie de Bennetot, plein fief de haubert, dont le chef mois, assis en la dite paroisse de Bennetot, s'étend aux paroisses d'Ypreville, Normanville, Ste Marguerite, Bréaulté, Hatanville, Trémauville et autres parties avec droits de foires et de marchés.

N° 47913: Aveu et dénombrement du 23 aout 1497 de Jacques de QUENOUVILLE (alias CANONVILLE) au droit de sa mère Marie LASNE, dame de Bennetot et autres terres ou seigneuries (Référence DOM LENOIR; Volume......page )

Aveu et dénombrement fourni le 23 aout 1497 par Jacques de QUENOUVILLE Ecuier, à présent fils ainé et héritier de déffunt Messire Colart de QUENONVILLE en son vivant chevalier, et ayant le droit en cette partie de Dame Marie LASNE sa mère, portant qu'il tient du Roi nuement et sans moïen le fief et seigneurie de Bennetot qui est un plein fief de haubert tenu et mouvant dudit Seigneur Roi à cause de sa vicomté de Montivillier et seigneurie du Donjon de Fécamp, dont le chef mois est assis en la dite paroisse de Bennetot et s'étend ès paroisses d'Ypreville, Normanville, Ste Marguerite, Bréaulté, Hatanville, Trémauville et autres parties illec environ; item qu'à cause dudit fief il a le patronage d'église dudit lieu de Bennetot, droiture de foire et de marché es jours de la Saint Andrieu, St Jacques et St Itroppe et marché le mardi de chaque semaine; item que dudit fief terre et seigneurie de Benetot sont tenus et mouvans, 1ère une portion de fief noble appartenant à un nommé Jean DURANT, assis en la paroisse d'Ypreville; 2ème un autre fief nommé le fief de Soreng appartenant à Pierre de BAVENT Ecuier dont le chef mois est assis en la dite paroisse de Benetot; 3ème une portion de fief appartenant aux hoirs Louis de NEUVILLE dont le chef mois est assis en la paroisse de Benetot.

On peut remarquer parmi les quelques vassaux, Jean DURANT, alors seigneur de Roncherolles en Bray qui tient une portion de fief noble assis en la paroisse d'Ypreville (Dom Lenoir 104 mi 43). Voir aussi 104 mi 10 et 11
On peut relever dans cette synthèse le nom de la famille de BRACQUEMONT et la présence du sgr de Roncherolles en Bray.

* Jehan LAISNé (l'AINZNé, LESNé) écuyer, présent à Pontorson et à Sablé en 1371 lors d'une montre de messire Olivier de MAUNY, chevalier banneret . Un descendant de la maison de LESNé originaire de Bretagne, par l'intermédiaire de la famille de MAUNY se serait-il installé dans le pays de Caux fin XIV ème siècle?. Quel lien de parenté entre Antoine de ROYE, sgr de Beaussault et Jean de ROYE, sgr d'Aunai + vers 1400 X avec Jeanne de BETHUNE d'où N. de ROYE X avec Olivier de MAUNY, baron de Thorigny (Moreri et le Laboureur)?Ces LAISNé semblent apparentés aux LAISNé, sgrs de Torchamps près de Domfront en Normandie.

* Radulphe LAISNé en 1380 (A.N. JJ 107 -105)

* Jean LASNE, valet de la chambre du Roy en 1389 (DOUET D'ARCQ)

* Jehan LASNE, huissier au parlement de Paris, prête 100 francs en 1390 à la ville de Beauvais (Référence Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis de Bernard GUENéE)

* Joanne LAINSNé en 1397 (A.N. JJ 152 -166) Est-il le même que Joanne LAISNé de Rouen en 1408-1409 (A.N. JJ 163 -313)

 

Bonjour,

Pour commencer quelques définitions :

Au Moyen-Age, d'après le CENTRE D'ETUDES ROMANISTIQUES D'AUVERGNE, E.A.

C.N.R.S. n° 2147

LEXIQUE MEDIEVAL

" BAILLI. Officier royal nommé et payé par le roi, révocable à son gré. I1

exerce tous les droits du roi dans son ressort et applique ses ordres."

A l'époque révolutionnaire :

ARTFL Project: Dictionnaire de L'Académie française, 5th Edition, 1798

" BAILLI. s. m. Officier Royal d'épée, au nom duquel la Justice se rend dans

l'étendue d'un certain Ressort, et qui a droit de commander la Noblesse de

son district, lorsqu'elle est convoquée pour l'Arrière--ban. Le Bailli de

Rouen. Le Bailli de Vermandois. Le Bailli de Touraine.

Bailli, se dit aussi d'un Officier Royal de Robe--longue, qui rend la

Justice dans l'étendue d'un certain Ressort, et dont les appellations

ressortissent au Parlement. Le Bailli de Nogent--sur--Seine. Le Bailli

d'Amboise.

Il se dit aussi d'Un Officier de Robe longue, qui rend la Justice au nom d'un

Seigneur. Il y a quelques--uns de ces Baillis qui ressortissent

immédiatement au Parlement, comme les Baillis des Pairies, ou des Terres

tenues en Pairie; et d'autres qui ressortissent à des Justices Royales,

comme les Baillis de certains Marquisats, de certaines Châtellenies.

Dans l'Ordre de Malte, on appelle Bailli, Un Chevalier revêtu d'une dignité

qui le met au--dessus des Commandeurs, et qui lui donne le privilége de

porter la Grand'croix. Le Bailli de la Morée.

BAILLIAGE. s. m. Tribunal composé de Juges, qui rendent la Justice au nom du

Bailli, ou avec le Bailli. Procureur du Roi au Bailliage.

Il se dit aussi De certaine étendue de pays qui est sous la Juridiction du

Bailli. Ce bourg est d'un tel Bailliage.

Il se dit aussi De la maison dans laquelle le Bailli ou son Lieutenant rend

la Justice. "

 

Faut-il être avocat pour être bailli ? Non d'après MARION, auteur du

Dictionnaire des Institutions de la France, XVIIe - XVIIIe s - (Ed. Picard,

1989) :

 

"L'ordonnance de Blois de 1499 qui exigeait que les baillis fussent nobles

de nom et d'armes, ordonnait à ceux qui n'auraient pas fait une étude

spéciale des lois, càd presque tous, de s'adjoindre un lieutenant gradué en

droit ; ces lieutenants, tantôt désignés par le roi, tant par le bailli

lui-même, tantôt par des praticiens et des gens de loi du ressort, tantôt

acquéreurs de leurs charges, supplantèrent les baillis d'épée ou de robe

longue : même l'ordonnance de Blois de 1579 interdit aux baillis d'épée de

prendre part au délibéré des sentences rendues en leur nom par leurs

lieutenants et les baillis se trouvèrent comme exclus de leur propre

tribunal, où ils ne conservèrent que le droit de siéger sans délibérer ".

Ils n'étaient donc pas nécessaire que vos baillis soient avocats en

parlement, mais sans doute que leurs compétences les ont Inclinés à occuper

cette charge ou bien les ont signalés à l'attention des personnes

susceptibles de les désigner.

Il fallait, pour être avocat, être licencié en droit civil ou canonique,

prêter serment. Les avocats au Parlement faisaient partie du corps du

Parlement, ainsi que les procureurs, greffiers, huissiers et notaires

(Marion)

Concernant la désignation des baillis, je n'ai rien trouvé de précis.

Etaient-ils nommés ou achetaient-ils leurs charges à la veille de la

Révolution, je ne pourrais vous le dire. En tout cas leur charge était

officialisée par une Lette de provision d'office délivrée par la Grande

Chancellerie.

La série V1 des Archives Nationales abrite une collection de ces lettres de

provisions d'office couvrant la période 1641-1790 (grosses lacunes jusqu'à

1674, mais la série est ensuite à peu près complète). Une partie en a été

analysée et classée. Voir programme ARNO sur le site du CARAN.

Si les baillis étaient nommés, cela ne pouvait être au niveau de la

Généralité qui n'était pas une circonscription juridique mais financière,

administrée par un intendant.

Le territoire couvert par les généralités n'étaient donc pas nécessairement

le même que celui couvert par les parlements de Paris et de province qui

sont - ces derniers - le plus souvent une émanation des anciennes cours de

justice dont s'étaient dotés les grands fiefs rattachés peu à peu au domaine

royal (Echiquier de Normandie, conseil éminent de Provence, conseil

delphinal du Dauphiné, etc..)

Tout ceci est bien confus mais la matière est complexe et j'apprécierais

beaucoup vos commentaires, ajouts, corrections, etc..

Bien sincèrement,


1 Jehan LAISNÉ, né avant 1560.

1 1 Clément LAISNÉ, né le 16 février 1579 à Mathonville.
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!