NOTE SUR LE FIEF DE LÉON - complément à la généalogie du CHASTEL

D'après un dénombrement de 1455 rendu par la Comtesse de LAVAL, il est nommé un fief de haubert appelé fief de Léon qui s'étend au Bosc-Héroult, Bosc-Bourdet, Sommery, vielmanoir (Vieux- Manoir), Saint Martin du Plessis, Le Héron. 
Ces terres relèvent du fief et seigneurie de Bosc-Héroult.
Ce dénombrement est le même que les recherches de Toussains DUPLESSIS ; il est dit dans un ancien terrier de la chatellenie de Bosc-Héroult daté de 1380 qu'elle appartenait audit Jean MALLET (MATTET ?) à cause de Mme Marie de LÉON sa femme héritière de M. Hue de LÉON.

Un acte du tabellionnage de Beaubec mentionne les demoiselles de PLUSQUELLEC à cause de leur seigneurie de Beaubec

AU XV ème siècle les patrons de deux portions de la cure de Nesles en Bray sont Jean et Plaisote de PLUSQUELLEC, Charles DUPONT, sieur de Plusquellec.
Le demi-fief possédé à Beaubec relevait antérieurement du fief de Léon qui, à la date du 4 juin 1455, faisait l'objet d'un aveu au Roi par Anne, comtesse de Laval, fille de Guy de MONTMORENCY-LAVAL, mariée en 1404 à Jean de MONTFORT de KERGOLAY, lequel avait pris le nom de Guy XII, comte de Laval.
La possession du fief de Léon remontait aux LÉON, POISSY, TALBOT, Etc...
Le chef de ce fief de Léon était situé en la paroisse de Bois-Héroult au bailliage de Caux en la vicomté de Gournay en Bray et s'értendait " ès^paroisses dudit Bois-hérout, Vieux Manoir, Saint Martin du Plessis, Le Héron sur la rivière de l'Andelle, La Haye en Lyons, Launay, etc...
Le patronage du Bois-Hérout appartenait à la comtesse de Laval 

Ainsi au temps où Guillaume du CHASTEL serait venu de Bretagne s'établir en Normandie, deux portions de fiefs appartenaient à des bretonnes de la famille du CHASTEL de Bretagne, présumées tantes d'un Guillaume du CHASTEL qui était peut être le mari de Hélène de MORANT,  dame du Mesnil-Bourdet et vivait en 1494.
Peut être, car, si la généalogie donnée par Moréri mentionne Thomas du CHASTEL, sgr de Coatélis, elle n'indique pas le nom de sa femme et elle ne mentionne que deux enfants ; Christophe, évêque de Tréguier de 1466 à 1479 et Jeanne femme de Jacques de KERINEL.
Notons qu'un érudit breton de premier ordre ne cite point le nom de MORANT dans son énumération des principales alliances des du CHASTEL de Bretagne.
Il est prudent de s'en tenir à cet exposé de l'état de la question, donc nous dirons quelques mots de plus lorsque viendra le moment de faire l'état et dont on ne connait que la postérité que depuis Hervé , seigneur du CHATEL, chevalier de l'an 1296.

Elle a le très grand tort de ne pas mentionner le père de ce Hervé ; Bernard du CHÂTEL (1274) qui avait épousé Anne de LÉON, de grande lignée

L'auteur laisse voir aussi qu'il ignorait que les descendants des LÉON avaient, en Haute-Normandie, encore au XV ème siècle d'importants domaines parmi lesquels un fief s'étendant en de nombreuses paroisses du bailliage secondaire de Neufchâtel en Bray, notamment à Bois- héroult, Sommery, Beaubec, Tréforest, Nesle, jusque sur le territoire de Neufchâtel en Bray vers le Mont Ricard 

La première illustration de la famille du CHASTEL de Bretagne est Tanneguuy I du CHASTEL, capitaine de Brest, Lieutenant Général des  armées du Comte de MONTFORT contre Charles de BLOIS.
Ce Tanneguy du CHASTEL, mort en 1352, avait épousé Tiphaine de PLUSQUELLEC, nom qui retient l'attention du chercheur brayon familiarisé avec l'histoire territoriale et nobiliaire du Bray Normand.

L'un des fils de Tanneguy ; Guillaume sire du Chastel et Lesleu, mort en 1370 avait de sa femme Alix LE SOURNI deux fils Hervé, Thomas sgr de Coételis et 3 filles dont la dernière Amicie épousa Maurice de PLUSQUELLEC. 

Accueil Accueil Roman - Synopsis
Accueil "généalogie"
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!