MANIFESTE DU CENTRE DE DÉPISTAGE 
DE LA GÉNÉALOMANIA
 (société déclarée d'intérêt public)

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!
ARTICLE I 
Tout individu enclin à grimper aux arbres est considéré comme suspect. Il convient de lui donner en pâture une activité qui le détourne de son arbre.

ARTICLE II 
Toute persévérance à farfouiller dans les mairies (et particulièrement les coins poussiéreux) devra être combattue avec l'aide des secrétaires de mairie (et autres agents de la fonction publique), qui sauront se montrer assez grincheux et rebutants, pour repousser le généalogiste. Les secrétaires péchant par trop d'amabilité sont à blâmer sévèrement.

ARTICLE III 
Toute société généalogique est déclarée hors la loi et doit être persécutée, en conséquence, par tous les moyens nécessaires. Elle ressemble en général à une secte dont les membres ressassent d'étranges formules récurrentes (« né le ... baptisé le ... marié le ... mort le ... ») associées à des listes incompréhensibles de dates, sans parler des non moins incompréhensibles réseaux de parenté s'enchevêtrant. Tout adhèrent doit obligatoirement subir maintes cures de désintoxication. Divers symptômes peuvent être alertant: étude de la paléographie, tendance à voir des cousins partout, mélange entre réalité et ancestralité, quête chimérique du renseignement. Les réunions généalogiques sont à fuir comme la peste.

ARTICLE IV 
Les rencontres individuelles entre généalogistes (toujours très longues, parce que chacun essaye de monter dans l'arbre de l'autre) sont à proscrire absolument. Dans un groupe sain (c'est à dire ne comprenant pas plus de 20% de généalogistes), deux membres entamant une discussion généalogique doivent être pénalisés par une amende sévère. Leurs propos peuvent être rapidement couverts par la voix des autres, qui ont l'obligation morale de hausser le ton. Chanter La Marseillaise, par exemple, fait diversion.

ARTICLE V 
Tout objet ostensible, pouvant remémorer au généalogiste Sa passion (roue, arbre) est à faire disparaître. Se méfier aussi des poiriers en espalier, dont la forme rappelle trop ces objets prohibés.

ARTICLE VI 
Les communications téléphoniques entre généalogistes peuvent être soigneusement évitées, grâce à la vigilance du premier interlocuteur, qui doit raccrocher prestement, dès qu'il entend " Bonjour cousin ". Simuler ensuite un dérangement sur la ligne.

ARTICLE VII 
Les échanges de documents (fiches de tous ordres, relevés d'état civil, bulletins de sociétés généalogiques susdites ... ) sont à redouter comme autant de facteurs, pouvant entraîner une aggravation significative du cas et une prolongation des symptômes. Veiller donc à leur éradication.

ARTICLE VIII 
Toute relation avec des cousins trop éloignés est à interrompre au plus vite. User pour cela de tous les moyens possibles : renverser le thé sur les fauteuils, feindre l'amnésie, les écraser sur la route, offrir des gâteaux "chasse-cousins" (recette donnée par Émile Zola), etc.

ARTICLE IX 
Toute visite prolongée et renouvelée dans les cimetières est à réprimer à la base. Outre les maladies parallèles qu'elle peut provoquer (angine, grippe, rhume ... ), il s'avère surtout qu'elle est à l'origine (et c'est là le plus grave) d'une morbimania intense, consistant à croire que sous toute pierre tombale, sommeille un antécédent (si poussiéreux soit-il), qui s'ignore.

 

Accueil Accueil Roman - Synopsis
Accueil "généalogie"